Théâtre de l'Etang St-esteve.com

ESPACE FAMILLE



Agenda
Évènements fermer
Newsletter
St Estève Le Mag.
Saint-Estève magazine Janvier-Février 2017

Lire Archives

 
XML error: EntityRef: expecting ';' at line 62
N/A
MIN. N/A
MAX. N/A
AccueilCulture, Sports et Loisirs › Médiathèque
COUPS DE COEUR
COUPS DE COEUR
Agrandir l'imageCOUPS DE COEUR
COUPS DE COEUR
Agrandir l'imageCOUPS DE COEUR
COUPS DE COEUR
Agrandir l'imageCOUPS DE COEUR

Sur l'eau, de H.M Van Den Brink (Roman)

Le bonheur d'Anton était fait «de chair, de muscles, de soleil et de bois, d'eau et de pierre». Un bonheur concret, palpable : ses entraînements d'aviron sur l'Amstel, dans un élégant deux sans barreur, avec David, son coéquipier. Amsterdam pourtant, et l'Europe toute entière avec elle, retient son souffle, pendant cet été 1939, mais Anton ne vit que pour ces longues sorties sur la rivière, pour cette entente parfaite avec un autre corps accomplissant les mêmes mouvements et gestes que lui, ces coups d'aviron parfaitement synchronisés, et pour cette impression de glisser sur l'eau.
Cinq ans plus tard, revenu dans son ancien club nautique abandonné, assis sur un ponton flottant, seul au milieu de la nuit déchirée par le bruit des avions qui volent vers le front de l'Est, il se souvient. De ces échappées de son quartier populaire vers un monde qui n'était pas le sien, de cette amitié avec David qui se passait de mots, de cet entraîneur allemand qui rêvait de Jeux olympiques pour eux.
Sur l'eau, roman sur l'amitié et le bonheur, frappe par l'élégance de son écriture. Les pages que Van den Brink consacre à la beauté fascinante de l'eau, de même que ses descriptions des corps dans l'effort sportif, sont empreintes de nostalgie et de mystère.

(Source : Editions Gallimard)

 

Tout ce que j'aimais, de Siri Hustdvedt (Roman)

Au milieu des années 1970, à New York, deux couples d’artistes ont partagé les rêves de liberté de l’époque, ils ont fait de l’art et de la création le ciment d’une amitié qu’ils voulaient éternelle et, quand ils ont fondé leur famille, se sont installés dans des appartements voisins. Rien n’a pu les préparer aux coups du destin qui vont les frapper et infléchir radicalement le cours de leurs vies — de la disparition tragique du fils unique de l’un des couples au dérapage dans le milieu des toxicomanes du fils de l’autre, bientôt impliqué dans un meurtre épouvantable… 
Siri Hustvedt convie ici à un voyage à travers les régions inquiétantes de l’âme : bouleversant, ambigu, vertigineux, Tout ce que j’aimais est le roman d’une génération coupable d’innocence qui se retrouve, vingt ans plus tard, au bout de son beau rêve.

(Source : Editions Actes Sud)

 

Celle que vous croyez, de Camille Laurens (Roman)

Vous vous appelez Claire, vous avez quarante-huit ans, vous êtes professeur, divorcée. Pour surveiller Jo, votre amant volage, vous créez un faux profil Facebook : vous devenez une jeune femme brune de vingt-quatre ans, célibataire, et cette photo où vous êtes si belle n’est pas la vôtre, hélas. C’est pourtant de ce double fictif que Christophe – pseudo KissChris – va tomber amoureux. 
En un vertigineux jeu de miroirs entre réel et virtuel, Camille Laurens raconte les dangereuses liaisons d’une femme qui ne veut pas renoncer au désir.

(Source : Editions Gallimard)

 

Océan, de Dan Kainen (Documentaire jeunesse)

Voyez onduler les créatures des profondeurs comme si vous y étiez. L’hippocampe se dandine, la pieuvre se propulse. Le requin-taureau traque et la tortue agite ses pattes comme pour s’envoler. Grâce à une technologie unique en son genre, toutes les créatures dans OCÉAN bougent au rythme des vagues. C’est la danse de la vie marine, livrée dans ces pages.

(Source : Fnac)

 

Big Eyes, de Tim Burton (Film)

BIG EYES raconte la scandaleuse histoire vraie de l’une des plus grandes impostures de l’histoire de l’art. À la fin des années 50 et au début des années 60, le peintre Walter Keane a connu un succès phénoménal et révolutionné le commerce de l’art grâce à ses énigmatiques tableaux représentant des enfants malheureux aux yeux immenses. La surprenante et choquante vérité a cependant fini par éclater : ces toiles n’avaient pas été peintes par Walter mais par sa femme, Margaret. L’extraordinaire mensonge des Keane a réussi à duper le monde entier. Le film se concentre sur l’éveil artistique de Margaret, le succès phénoménal de ses tableaux et sa relation tumultueuse avec son mari, qui a connu la gloire en s’attribuant tout le mérite de son travail.

(Source : Allociné)

 


 
PlanGalerie photosTéléchargementsAppels d'offreContact